Broderie de Suzhou (2)

Source : http://french.beijingreview.com.cn/zt/txt/2012-07/18/content_469079.htm

La broderie de Suzhou a emprunté ce nom à la ville de Suzhou, très connue à travers l’histoire pour sa broderie. Ces dix dernières années, l’industrie de la broderie de Suzhou a connu une récession progressive. Actuellement, la broderie se concentre dans les quartiers urbains de Suzhou, dans le bourg de Dongzu et dans le quartier de Zhenhu, situé dans la zone des nouvelles et hautes technologies.Les origines de la broderie de Suzhou sont inconnues. Les broderies conservées depuis la dynastie des Song (960–1279) montrent le développement et la qualité de la broderie de Suzhou à travers les époques. Par exemple, des fragments de broderie datant de la dynastie des Yuan (127– 1368) prouvent qu’une pièce brodée a été réalisée avec neufs points de broderie différents. Sous la dynastie des Ming (1368–1644), la broderie utilisait le plus souvent les canevas faits par les lettrés, créant ainsi son propre style, caractérisé par le raffinement et l’élégance. Sous la dynastie des Qing (1644–1911), la broderie de Suzhou se développa pour devenir une industrie, et le commerce de ses produits alla en grandissant. Depuis, la ville de Suzhou a pris le beau surnom de « marché des broderies ». Sous le règne de l’empereur Daoguang des Qing, Ding Pei, brodeuse de Suzhou, se pencha sur l’art de la broderie et écrivit le premier ouvrage chinois sur la broderie, intitulé Procédés de broderie. A la fin de la dynastie des Qing et au début de la République de Chine, Shen Shou, spécialiste en broderie, créa une « méthode de l’imitation de la broderie réelle ». Sur les dernières années de sa vie, résumant ses expériences, il dressa un bilan oral sous le titre de « Procédés de broder de Xuehuan ». Dans les années 30, Yang Shouyu, un spécialiste, créa un point de broderie appelé « broder à tort et à travers », enrichissant et développant ainsi les sujets et les contenus de la broderie de Suzhou. Dans les années 50, l’Institut de recherche sur la broderie vit le jour. Il regroupa et forma un grand nombre de brodeuses. Sur le modèle de la broderie traditionnelle de Suzhou, elles recherchèrent et créèrent de nouveaux points de la broderie et de nouvelles techniques, permettant ainsi à l’art de la broderie de continuer à se perfectionner.Depuis la dynastie des Ming, un grand nombre de grands maîtres de la broderie appartenant aux différentes écoles sont apparus. Actuellement, la broderie de Suzhou se divise en trois écoles influentes :La première est la broderie traditionnelle dite « la broderie fine » ; la deuxième est « l’imitation de la broderie réelle », créée par Shen Shou ; la troisième est « la broderie à tort et à travers » créée par Yang Shouyu. Ces trois écoles d’une grande adaptabilité maîtrisent un art de broder systématique, et leurs œuvres rappellent les livres, les peintures traditionnelles et les couleurs locales.La broderie de Suzhou est depuis toujours typique de l’art artisanal de la région de Suzhou et a une grande valeur pour les recherches historiques sur l’art artisanal et les beaux-arts, le folklore et la science des femmes. Avec le développement de l’économie marchande, des sciences et des techniques, la broderie assistée par ordinateur est très populaire. Dans ce contexte, la broderie de Suzhou disparaît de jour en jour. Avec la diminution du nombre de brodeuses habiles, les œuvres artistiques que sont les broderies sont de plus en plus rares. Aujourd’hui, la broderie de Suzhou connaît la crise de continuité. Il est impératif de la protéger et de la sauver.